Meilleur Whisky


Le whisky est une boisson alcoolisée appréciée partout dans le monde. Sur le plan international, la France en est le plus gros consommateur. Cette eau de vie a ses grands adeptes parmi les célébrités et les hommes politiques.  Si on a longtemps pensé que cette boisson était l’apanage de la gent masculine, elle attire désormais les femmes. Depuis que sa recette s’est démocratisée, le whisky se décline en de multiples variétés. Vous êtes curieux de connaître l’origine, la fabrication et les différents types de whisky ? On vous raconte tout dans cet article. Désormais, le whisky et son histoire n’auront plus de secret pour vous.

Qu’est-ce que le Whisky ?

Commençons par la base : la définition du whisky. Pour faire simple, ce terme désigne un ensemble d’eaux-de-vie obtenues par la distillation de céréales maltées (germées) ou non. Il suffit de trois ingrédients pour fabriquer ce spiritueux, à savoir : des céréales, de la levure et de l’eau. Pour les céréales, on peut utiliser de l’orge, du maïs, du seigle ou encore de l’avoine. Le type de céréale constitue les éléments qui définissent le goût et le caractère du whisky.

Avant sa mise en bouteille, le whisky passe par plusieurs étapes. Sans vouloir  entrer dans les détails techniques, on distingue :

-          Le maltage et broyage

-          Le brassage et fermentation

-          La distillation

-          Le vieillissement

Chaque processus  est important et influence la qualité de la boisson obtenue. Ce qu’il faut retenir c’est qu’un whisky digne de ce nom doit être élaboré pendant une durée de trois ans en moyenne. Son processus de vieillissement se passe dans un fût de chêne. L’autre condition requise est qu’il doit contenir au minimum 40° d’alcool.

Whisky : des origines mystérieuses

Les premières traces du whisky dans l’histoire restent floues. En effet, de nombreuses légendes existent. Par exemple, on raconte que des fouilles archéologiques ont permis de trouver des traces de distillation en Chine et en Egypte qui dateraient de 3 000 ans avant Jésus Christ. Outre ces incertitudes, deux pays revendiquent jusqu’à ce jour la paternité du whisky. Il s’agit de l’Écosse et de l’Irlande. Nous verrons tout de suite la raison de cette dispute.

Sur le plan étymologique, c’est du « uisce » en gaélique irlandais et du « uisge » en gaélique écossais qu’on a tiré le mot anglais « whisky ». Pour les irlandais, les moines irlandais du XIe ou XIIe siècle seraient à l’origine de la première eau de vie. Suite à l’invasion anglaise de l’Irlande, le savoir-faire s’est répandu en Écosse avant d’atteindre le reste du monde. À cette époque, le nectar était surtout utilisé comme médicament. 

En revanche, pour les écossais, c’est une évidence qu’ils sont les premiers à avoir fabriqué le whisky étant donné le terme gaélique évoqué précédemment. Ainsi, la véritable origine de cette eau de vie reste un sujet de controverse. Quoi qu’il en soit, ces deux pays sont des berceaux du whisky. Après l’Écosse et l’Irlande, le whisky a débarqué aux Etats-Unis et au Canada. Le Japon, quant à lui, a créé ses premières distilleries vers le début du XXe siècle.

Quels sont les différents types de whisky ?

À présent, intéressons-nous à la typologie du whisky. Selon les pays d’origine et le procédé de fabrication, il en existe une grande variété. Voici les principaux types qu’il convient de retenir :

Le blend

Blend ou blended est le whisky le plus répandu et le plus consommé à travers le monde. Il est issu du mélange de whiskies de grain et de whiskies de malt. Le blend voit le jour dans la distillerie écossaise Glenlivet vers le  XIXe siècle.

Le single malt

Le single malt est le type de whisky produit à base d’orge malté provenant d’une seule et unique distillerie. On doit la célébrité de cette boisson à la distillerie Glenfiddich. En effet, c’est grâce à l’initiative de celle-ci que le single malt a pu revenir sur le devant de la scène vers 1960.

Le vatted malt

Le vatted malt ou blended malt fait référence au produit de plusieurs distilleries. Mais à la différence du blend, il est obtenu par le mélange de whiskies de malt uniquement. Voilà pourquoi on l’appelle également pure malt.

Le whisky de grain

Tout à l’heure, nous avons abordé le whisky de grain. Par définition, il s’agit du type de whisky produit par l’association de diverses céréales (seigle, avoine, maïs, blé, orge, etc.). Ce whisky se distingue aussi par son goût moins prononcé. Cela est dû au fait qu’il passe par une seule distillation. Le whisky de grain peut être single grain ou blended grain.

 

Scotch, bourbon et les autres

Normalement, le mot whisky sert à désigner les eaux de vie fabriquées au Japon et au Canada car pour les pays comme l’Écosse, on utilise des appellations spécifiques comme le « Scotch ». Scotch indique seulement le whisky écossais.  Pour les produits d’Irlande, on dit « Irish Whiskey ». On distingue également l'American whiskey pour parler des produits fabriqués aux Etats-Unis. Le Bourbon, le Rye et  le Tennessee font partie de cette catégorie.

Des astuces pour reconnaître un bon whisky

Chaque bouteille de whisky témoigne de son origine et de son mode de fabrication. Les spiritueux ne se valent pas tous. Voilà pourquoi il est nécessaire de savoir différencier un bon whisky d’un mauvais. Quelques pistes peuvent vous aider dans cette analyse. D’abord, il faut tenir compte du degré d’alcool présent dans la boisson. Comme nous l’avons dit ci-dessus, le seuil moyen est de 40°. Sous cette barre, le whisky est de médiocre qualité.  Il contient plus d’eau dans le but de réduire le coût de production. Une eau de vie avec un taux d’alcool de 46° et plus est par contre considérée comme savoureuse.

L’âge de la liqueur est un autre paramètre important. À minima, un bon whisky doit avoir vieilli trois ans dans le fût. C’est le délai nécessaire pour que l’eau de vie développe ses arômes. Mais cette durée peut être prolongée jusqu’à une dizaine d'années. Cependant, il faut noter que plus le whisky prend de l’âge, plus il perd ses arômes et devient amer. Et une fois en bouteille, la fermentation s’arrête.

L’origine du produit constitue un critère fondamental. Si les spiritueux écossais et irlandais jouissent d’une bonne réputation depuis des années, les fabrications des autres pays ont aussi leur mérite.

Le whisky japonais

Ces dernières années, le Japon a développé un véritable savoir-faire en matière de production de whisky. Le whisky japonais figure désormais parmi les meilleurs produits. Ses singles malts sont qualifiés comme de grande qualité. Deux noms sont indissociablement liés à la production nippone. Il s’agit des maisons Nikka et Suntory.  

En parlant d’origine, la France s’est lancée récemment dans la production de whisky. Mais l’avenir semble prometteur. Pour le moment, l’Hexagone compte des distilleries en Aquitaine, en Occitanie, en Bretagne, en Alsace, Auvergne-Rhône-Alpes, Champagne-Ardenne, Corse, Franche-Comté, Lorraine, Hauts-de-France, Normandie, Haute-Vienne et en Île-de-France. 

Le prix du whisky

Il est vrai qu’un whisky de qualité doit être cher. Tout de même, le prix d’un bon whisky ne doit pas être exorbitant pour autant. Le comparatif des whiskies vous aidera à dénicher le meilleur rapport qualité/prix. 

L’odeur et la saveur

L’un des meilleurs moyens de reconnaître un bon whisky c’est l’odeur. L’odeur d’alcool n’est pas censée être assez forte au point de masquer les arômes. Quant à la saveur, ressentir une brûlure ou une irritation dès la première gorgée n’est pas bon signe. 

Nous espérons que notre guide sur le whisky peut vous aider à y voir plus clair dans cet univers fascinant.Si vous êtes novice en matière de whisky, on vous recommande de déguster un single malt. Produit à base d’orge malté issu d’une seule distillerie, cette liqueur est une valeur sûre.